A 5h30, notre nuit est déjà terminée, encore marqués par le décalage horaire (il y a six heures entre la France et la Floride). Nous  peaufinons le dernier article sur Road Trip Floride avant le lever du jour. Nous profitons encore de la salle de bain de l’hôtel car c’était notre dernière nuit trois étoiles, les prochaines nuits nous aurons un espace de vie restreint mais toute la voie lactée au dessus de notre tête et ça, ça vaut tout le luxe du monde! 

L’heure du petit déjeuner arrive, nous retrouvons nos amis les beignets sur-sucrés et les céréales multicolores de la veille. Repas rapidement expédié, nous revenons dans la chambre faire nos bagages et discuter du programme de la journée… après avoir retourné la chambre, tradition oblige!

Direction le concessionnaire

Nous avons rendez-vous à 11h chez Guillermo, un vendeur Colombien rencontré la veille, car nous avons repéré un véhicule intéressant afin de nous déplacer en Floride.

Nous arrivons un peu en retard, mais Guillermo nous a attendu et semble réjoui de nous voir arriver.

Il demande une photocopie de notre passeport et nous laisse les clés pour faire un essai. Nous partons juste à deux, la confiance est de mise au pays de l’oncle Sam. Etat du moteur, freins, électricité, clim’, tout semble en bon état excepté un pneu à la corde apparente et le bouchon de réservoir manquant.

Nous faisons notre compte-rendu au vendeur et d’office il appelle un collègue pour changer le pneu et nous trouve un bouchon.

Nous passons dans son bureau, et nous voilà partis pour 2 heures de paperasse, entre la demande de plaques temporaires (démarche qui ne nous coûtera que 20 $ au lieu des 400$ prévus pour une plaque définitive et qui nous permettra de rouler pendant 30 jours avant de refaire 2 fois la demande…belle économie!), la démarche auprès de l’assureur que le vendeur a gentiment faite à notre place et la demande de virement bancaire qui a été quelque peu laborieuse.

Il nous aura quand même fallu signer 30 documents avant d’en venir à nos fins.

Nous voilà parés pour emmener le véhicule quand nous nous rendons compte que les clés fournies ne ferment pas les portes! …détail quelque peu gênant surtout quand on a prévu d’habiter dedans!

Nous en faisons part au sympathique vendeur qui appelle de suite un collègue serrurier pour nous faire de nouvelles clés.

guillermo-nous-et-le-monster

En attendant, on visite le magasin d’à côté qui vend des matelas pas cher! Baptiste se fait prêter un mètre, prend les mesures et c’est accompagné du vendeur portant le matelas et le balançant dans le van qu’il revient cinq minutes après.

baptiste-matelas

Les employés de la concession sont morts de rire quand on leur raconte que nous avons prévu de voyager à bord du van car ce genre de véhicule est plutôt utilisé en Floride par les ouvriers pour transporter de la marchandise.

Deux heures après, notre ami le serrurier arrive et nous fabrique de jolies clés en 30 mn chrono.

Il est déjà 18h30 et nous sommes sur place depuis 11h30, il nous aura quand même fallu 7 heures pour conclure notre transaction mais le résultat est là, nous sommes supers contents car il correspond pile poil à nos attentes, un bon gros moteur V8 de 4.2L, beaucoup de place et surtout un style de malade… american style baby!

Malgré la longue journée passée chez le marchand de voitures, nous avons pu apprécier la sympathie des employés, qui ont toujours le mot pour rire et supers disponibles.

Premier coup de clé…

Nous voilà partis sur la route, le moteur du monster hurle dans les rues d’Orlando mais il  reste encore des courses à faire, matos de camping, nourriture, et de quoi l’aménager, nous nous arrêtons donc quelques litres d’essences plus loin pour une session shopping.

Après deux heures de courses chez Walmart, la plus grande enseigne américaine, nous décidons de passer la nuit au bord de la mer pour décompresser un peu; c’est dur les vacances !!! ;-)

Et c’est parti pour 100 miles de route (multipliez par 1,6 et vous obtiendrez la distance en kilomètres) direction Cocoa beach, ne nous demandez pas pourquoi, peut-être parce que le nom sonne bien?!

A peine 9 miles parcourus ( ah, là, tout de suite, la conversion est plus difficile à effectuer!), et nous avons déjà passé 5 péages! Il semblerait que ça pousse ici comme les ronds-point en France. Heureusement, il ne nous en coûtera que 1$ à chaque fois! Ca nous permet de rencontrer des guichetiers de tous âges, certains doivent être octogénaires, mais toujours très accueillants.

Pendant le trajet, on s’arrête pour observer l’une des curiosités made in USA qui nous rappelle que nous sommes dans le pays de tous les excès.

charles-bat-big-foot

Il est déjà 23h30 quand nous arrivons sur place, reste à trouver un endroit où se garer qui ne soit pas payant. Tous les parkings en bord de mer sont équipés de parcmètres 24h/24, c’est donc un peu plus loin que nous nous arrêtons enfin pour savourer une première nuit à bord du « Monstre » ou « Monster » pour les américains et « Monstro » pour les latinos!!!

Djafer, on sait que tu l’attends depuis hier déjà, alors voici, pour toi, en exclusivité, les photos de la bête!

baptiste-drapeau-monster