Le 20 septembre 2010

Baptiste : Salut Charles, quoi de neuf, comment ça se passe le taf ? Moi, pas grand-chose, je suis en fin de contrat, je pense que je ne vais pas rester sur Amiens cet hiver, marre du froid et de la grisaille.

Charles : Bah écoute, pas grand-chose, envie de bouger aussi.

B : On se casse loin, histoire d’avoir chaud et de découvrir du pays.

C : Ok je suis partant, mais qu’est-ce-que tu veux qu’on fasse ? On va où?  On loge où ?

B : Oué, ce serait sympa, on se fait un road-trip en Floride .

C : je fais ma demande de passeport et dès que je l’ai, on achète les billets d’avionet on s’occupe du VISA.

Je me suis renseigné, si on part moins de 3 mois, il n’y a pas besoin de visa, y’a juste un formulaire à remplir sur le site web du gouvernement américain, ça s’appelle ESTA, il y’en a pour $14.

Le lendemain Charles part à la préfecture pour faire son passeport et on se retrouve dix jours plus tard pour acheter les billets et remplir le formulaire ESTA.

C : J’ai testé les comparateurs de prix pour les vols Paris-Orlando, il y’a des billets aller-retour à environ 550€

On jette un coup d’œil sur les différents sites et on choisit GOVOYAGES, 550€ aller-retour à 6 semaines du départ.

Il nous reste aussi à remplir les formulaires ESTA, on va donc sur le site  du gouvernement américain

https://esta.cbp.dhs.gov/esta/

On commence alors à remplir le formulaire, en commençant par Charles. Les questions psychédéliques posées sur le site du Gouvernement nous font bien rire, parmi elles,

« Avez-vous autrefois été impliqué(e), ou êtes-vous maintenant impliqué(e), dans des activités d’espionnage ou de sabotage ; de terrorisme ; de génocide ; ou, entre 1933 et 1945, avez-vous participé, de quelque façon que ce soit, à des persécutions perpétrées au nom de l’Allemagne nazie ou de ses alliés ? »

ou encore « demandez-vous l’admission aux Etats-Unis dans l’intention de vous livrer à des activités criminelles ou immorales »

Charles valide sa demande, une bannière  apparait immédiatement « demande accordée ». C’est au tour de Baptiste, et au moment fatidique de valider la demande, on peut lire « demande en attente » là où Charles avait eu droit à un accord immédiat ! Petit coup de pression, avec les américains et leurs lois, on ne sait jamais à quoi s’attendre. Une petite attente de quinze minutes et le tour est joué, la demande de Baptiste est elle aussi accordée. Yessssssssss !