Petit déjeuner à l’américaine

Après une nuit bien récupératrice à l’hôtel, nous nous levons à 8h30 heure locale,  pour un premier petit déj’ haut en couleur, comme en témoignent les céréales.

Dès le matin, nous croquons dans du sucre et de l’huile. C’est fou, le jus de fruit à le goût de sirop pur, les beignets trempent dans le sucre, les saucisses sont imprégnées d’huile, rien de super appétissant. On fait un effort quand même car on a prévu un footing juste après et on ne voudrait pas partir le ventre vide et puis si on croise un alligator ou une araignée, il nous faut des forces…. malheureusement, nous rendons rapidement à la nature ce qui lui appartient (enfin en théorie, car ici nous ne sommes sûrs de rien), les écarts de température répétés liés à la clim’ semblent avoir eu gain de cause sur nos petits estomacs.

Petit déj

Un premier footing enthousiaste

On enfile nos runnings et nous voilà partis pour découvrir les alentours. Première impression,en sortant de l’hôtel, il est 10 heures et il fait déjà chaud. On retire vite les t-shirts pour prendre un premier bain de soleil. Il nous reste à trouver une direction, il semble en effet que nous sommes entourés par de gros axes routiers, pas étonnant puisque nous sommes au cœur du plus grand complexe de parcs d’attraction au monde. Parmi eux, Disney World, Hollywood Studios, EPCOT, Magic Kingdom. Tout est aménagé pour que les visiteurs consomment, entre les fast foods à répétition (on a compté 3 Mc Do sur 8 kms noyés entre les KFC, les Burger King et autres enseignes purement américaines.

Il y’a aussi une multitude de magasins de vente ou revente de pass pour parcs d’attractions avec des prix et des options toujours plus alléchants les uns que les autres.

A travers ce dédale de commerces en tous genres, pas facile de se frayer un chemin et d’apprécier la nature.

Notre émerveillement quand à la grandeur des choses n’en est pas pour autant contrarié.

Imaginez-vous courir sans savoir où aller dans un pays et une culture que vous ne connaissiez que par la télé…. c’est un peu comme-si nous avions traversé l’écran.

Une chose est sûre, ,nous savons où nous allons manger ce midi. On vous laisse deviner où … encore des idées, la taille des big mac est universelle, cependant boissons à volonté!

C’est le ventre repus que nous nous dirigeons vers le loueur de voitures.

Mission: trouver une voiture

Il nous semble en effet impossible de se déplacer en Floride sans véhicule, taxis rares et hors de prix (le réceptionniste nous a bien dit qu’il nous en coûterait une jambe (en France on aurait dit un œil ou un bras, tout est plus grand ici, même les métaphores!), réseau de bus super lent et on a définitivement abandonné l’idée de faire notre road-trip en skate-board.

Il nous faut impérativement trouver rapidement un véhicule, la location est chère, 70$ la journée.

Le loueur nous indique un quartier bondé de vendeurs de voitures en tous genres, certains semblent plus honnêtes que d’autres. Chaque vendeur nous promet la lune, prêt à nous faire des discounts si on paye cash.

On passe 3 heures sur place. Les vendeurs sont situés de part et d’autre d’une 2 X 5 voies  et nous passons notre temps à traverser la route au milieu des voitures, notre acuité visuelle se décuple tel le ferait un caméléon, d’autant plus que Baptiste est en tongs.

Notre choix s’éternise, il y a des picks-up, des vans, des fourgons, et même des Harley Davidson! Les cylindrées sont démesurée, V8, V10 de 3L à 6L.

Nous cherchons un véhicule assez grand pour dormir dedans pendant notre road-trip. Malheureusement pour les grands véhicules, les prix flambent et il n’est pas rare de voir des véhicules à 8000$ avec des pneus lisses.

Nous avons vus quelques affaires et nous y réfléchirons cette nuit.

Retour à l’hôtel, on fait un crochet par un petit supermarché pour s’acheter de quoi manger, ce sera noodles ce soir, vous savez, ces petits pots de pâtes chinoises déjà cuisinées dans lesquels il suffit d’ajouter de l’eau chaude. Efficace et pas cher!

On avait prévu d’aller faire un tour à Orlando Downtown le soir mais la fatigue et le jetlag l’ont emporté, dodo à 22h, du coup à 5h du matin nous rédigeons cet article ;-)