Nous avons quitté la côte Est de la Floride il y’a trois jours pour rejoindre Pensacola à l’extrême Nord-Ouest de l’Etat, à la frontière de l’Alabama, soit 400 miles à parcourir.

Nous laissons pour quelques temps l’océan Atlantique et ses vagues afin de conquérir le golfe du Mexique et ses eaux calmes et turquoises… nous craignons d’ailleurs de trouver des vestiges de la tragédie BP du début d’année.

Nous roulons longtemps à travers la campagne du Nord , De Jacksonville au Nord-Est, à la frontière de la Géorgie,  à Tallahassee, capitale peu attractive de l’Etat que nous contournerons à la recherche de tranquillité.

Nous faisons une première escale à White Springs, une petite ville au cœur du parc national d’Osceala. Il fait déjà nuit lorsque nous arrivons et peu attirés par le décor environnant, nous décidons de repartir dès le lendemain matin.

Nous dormons sur l’immense parking d’un marché agricole et le sheriff rôde mais ne viendra pas nous déranger! Il semblerait que nous nous intégrons peu à peu, sans doute parce que nous avons une belle barbe à la Chuck Norris, le rasoir de Charles ayant lâché le premier jour.

Nous retrouvons alors Carrabelle, un village de pêcheurs, au sud de Tallahassee. Nous y restons une seule nuit, le temps d’apprécier un footing nocturne et de s’imprégner de l’ambiance de la Thanksgiving avec plusieurs rassemblements autour de feux de camp, un peu à la façon « Feu de la St Jean »

carabelle

Nous nous endormons sur le port, avec le clapotis des vagues sur les coques des bateaux pour nous bercer.

Le jour se lève et nous rejoignons la route touristique 319, qui nous conduira jusqu’à Pensacola en longeant le golfe du Mexique. Oubliez les panoramas, la route est plate, on est justes bordés par l’eau à gauche, des arbres à droite et quelques maisons sur pilotis viennent parfois s’interposer entre nous et ce décor agréable mais trop monotone!

Nous faisons donc quelques détours à la recherche de paysages enivrants comme dans le St Marks National Park.

ponton-et-oiseaux

Nous arrivons à Panama City Beach, connue pour les springbreaks, ces fêtes qui rassemblent des milliers d’étudiants sur la plage chaque année au mois de mars et où se mêlent musique et débauche.

Délivrance, le sable est blanc, les oiseaux chantent, le ciel est bleu et l’eau semble propre. Seul le rugissement du Monster vient troubler cette atmosphère paisible et agréable.

Nous profitons de la plage quand le temps se met soudainement à virer au gris et nous avons enfin droit à notre première pluie pendant 10 mn. ;-)

la-mini-tempete

Pour fêter notre retour à la civilisation, nous partons à la conquête d’un resto, idée assez angoissante en regard de la malbouffe omniprésente dans le pays…. pas manqué, nous nous arrêtons au Raggae JS Island Grill. Le nom sonnait pourtant bien, un peu de musique du même genre s’échappait de la porte d’entrée mais le repas était….américain! Une salade couverte de mayonnaise, un steak de cantine à 20$, bref pas de quoi casser trois pattes à un canard. On espère que la cuisine américaine nous offrira de meilleures surprises à l’avenir.

Comme on a décidé de se faire plaisir ce soir, nous dormirons à l’Hôtel 4 étoiles, enfin, juste sur le parking, internet gratuit et garantie de sécurité! La nuit a été fraîche, petite vague de froid pendant 2 jours mêlée au climat continental du nord du pays, nous dormons habillés cette fois-ci.

On reprend la route en cherchant un endroit sympa pour petit-déjeuner, première tentative réussie, nous bifurquons après quelques miles et nous trouvons une plage magnifique et quasi-déserte, sable blanc et eaux cristallines. Nous occupons les lieux toute la journée, course à pied, baignades, bronzette et l’incontournable séance photo pour le site web… On vous laisse apprécier.

PS: On a acheté un rasoir, mais il n’y avait pas assez de batterie pour tout tailler d’une seule traite, alors on a fait de notre mieux…